Comment vivre lorsque l’on est paranoïaque ?

Mon corps tout entier me fait souffrir. Pas de manière aiguë mais de façon lancinante. En commençant par la tête et en se diffusant jusque dans les bras et les jambes. Mon cerveau est pris dans un étau et le reste comme branché sur une prise électrique. Je n’ai pas encore trouvé la recette miracle pour me soulager.

C’est la même chose tous les jours après le déjeuner. Je ne me sens vraiment apaisé que le matin et en soirée.

Le reste du temps je patiente. Il faudrait peut-être que je rachète un peu de CBD. Vu les finances cela fait longtemps que je n’en ai pas consommé. Il n’y a pas d’effet planant. C’est un antagoniste au THC.

paranoïaque
paranoïaque

Le soleil est déjà bien bas. Je n’aime pas cela. C’est comme si l’on ne sortait quasiment jamais de la nuit, juste toujours à la limite.

La télévision est éteinte. Ce n’est pas un mal. C’est même très silencieux. Quelque chose serait ‘il en train de se tramer ? Je suis paranoïaque, alors je me pose souvent ce genre de question.

Je me demande presque toujours si mes amis ne sont pas en train d’ourdir quelque chose contre moi. Avec mes parents c’est la même chose.

Là, dans le silence de mon appartement, je n’entends pas les voisins se plaindre de moi. Ils sont vraiment très discrets.

Encore quelques heures et il fera définitivement nuit. Je vais encore être angoissé. Dans la rue mal éclairée, mon côté paranoïaque va encore prendre le dessus. Je vais surement croiser quelqu’un qui me voudra du mal.

Vivre une schizophrénie paranoïaque n’est pas une sinécure. Je vais quand même aller me balader un peu dans l’hypermarché à côté de chez moi. Il y aura certainement d’autres clients qui vont me regarder d’un air méfiant. Pourtant, j’essaye de passer inaperçu.

La journée d’un psychotique

Après un repas frugal chez mes parents, je suis rentré dans mon appartement. Il faut dire qu’avec l’âge, ils mangent de moins en moins. J’ai fait la centaine de mètres qui s’éparent leur habitation de la mienne à pied.

J’ai allumé la télévision. C’est un automatisme. Je vis seul alors cela me fait une présence. Il faudrait que je me rachète un nouveau canapé. Le bien est fait de trous et de bosses. Mais financièrement, c’est un peu compliqué.

Crise
Crise

J’ai vapoté aussi un peu, à la fenêtre, pour éviter que les effluves ne déclanchement l’alarme incendie.

Je n’étais pas en grande forme. Comme si tout mon corps et mon cerveau étaient sur courant alternatifs. Impossible de m’apaiser et de me concentrer. Jusqu’au moment ou j’ai allumé le PC qu’un ami me prête pour quelques semaines. Face à la page blanche, que je noircissais petit à petit, j’ai retrouvé de la sérénité.

Mais hier soir, une violente envie de me mettre une balle en pleine tête est arrivée sans prévenir. J’étais dans un état second. Je voulais « crever ». Heureusement pour moi, avant que cet état d’esprit ne s’installe, j’ai reçu l’appel dans ami, un peu bavard. C’était Bertrand, psychotique et alcoolique. Nous avons discuté et cela m’a fait du bien. Une fois raccroché, j’ai pu reprendre tranquillement le cours de ma soirée. Il sort avec une femme bipolaire, qui rompt avec lui toutes semaines pour mieux revenir après.

Ce matin, je suis allé à l’association de patients, à peine une demi-heure. Trop loin de chez moi, je n’avais qu’une seule hâte, retrouver mon appartement. Je me suis donc dépêché de prendre rapidement le bus du retour. J’ai quand même vu quelques adhérents et amis, qui me trouvent peu bavard. J’ai toujours été comme cela, pas très loquace. Je ne m’en rends cependant pas compte.

A partir de quel âge peut-on être psychotique ?

Je tourne en rond. Je suis cependant plus apaisé qu’hier, lorsque j’avais écrit mon article. J’ai rendu visite à ma tante et je suis allé voir ma psychiatre. C’est l’entretien avec cette dernière, qui m’a permis d’évacuer. Cela fait quelques années qu’elle me suit. Je me sens maintenant à l’aise, pour lui parler de tous les sujets qui me tracassent. Cela à pris du temps, mais la folie que je dissimule depuis tant de décennies était farouche.

Un jour, j’ai demandé à ma psychiatre à partir de qu’elle âge l’on peut être psychotique. Elle n’avait pas su me répondre.

psychotique
psychotique

Dans mon cas, même si la schizophrénie n’était pas diagnostiquée. L’on peut penser que j’étais assez jeune, avant l’adolescence même.

Pendant toutes ces années, je me suis construit comme j’ai pu, de manière bancale. J’ai commencé à me sentir mal très jeune, à l’école primaire. Mon cerveau avait déjà à cette époque, commencé à me jouer des tours.

Aujourd’hui, je ne suis pas le phénix que j’avais rêvé. C’est même plutôt le contraire.

En effet, je n’ai pas beaucoup de vie sociale. J’évite au maximum de m’éloigner de mon quartier. Et je prends 14 pilules par jour.

Pour couronner le tout, mon ordinateur vient de me lâcher. Je dois en racheter un. Vous pouvez si vous en avez les moyens, m’aider en participant à ma cagnotte en ligne, voir lien.

C’est l’outil principal que j’utilise pour communiquer avec les autres.

La nuit arrive. Les angoisses et les boules au ventre vont commencer. Je ne vais pas tarder à vous laisser. N’arrivant plus à réfléchir ni à écrire, je me réfugie parfois dans mon lit. J’attends alors avec impatience de m’endormir, pour me retrouver le matin, moment de la journée pendant lequel je souffre moins. Allez, il me reste encore quelques heures à tenir.

Schizophrène fragmenté

Je suis fragmenté, en mille morceaux. Mon cerveau tourne à toute vitesse, sans que je puisse trouver de la sérénité. Je n’arrive pas à tenir en place. Je me suis réveillé dans cet état. Je ne sais pas trop pourquoi.

fragmenté
fragmenté

Peut être une nuit un peu agitée. En effet, des cauchemars sont venus perturber mon sommeil.

Il faut que je me calme. J’ai pourtant bien pris mes 5 pilules ce matin. Il y a cependant quelque chose qui cloche.

Peut-être des connexions qui ne se font pas correctement. Je vais mener l’enquête.

A 14 heures, j’ai rendez-vous avec ma psychiatre.

Il faut que je m’apaise. Je suis fragmenté. Je le sens jusqu’aux jambes. Je ne suis pas énervé, mais juste mal.

Je ne pense pas être en crise. Pourtant, il faut que je bouge sans arrêt. Je n’arrive pas à rester dans la même position, plus de 5 minutes.

Et puis mon cerveau est désespérément vide.

Je n’ai envie de voir personne. Pourtant je devrais bien. Ma tante est arrivée chez mes parents hier soir. Je vais aller lui dire bonjour.

C’est une vraie torture de rester devant cet écran pour écrire.

Dehors, le bitume est luisant et gorgé d’eau. Il n’y a pas un rayon de soleil. Cela fait de nombreux jours.

J’ai les poils des bras qui se hérissent. C’est désagréable. Il faut que je me lève et que j’aille faire quelques pas dehors.

Avant, il faut que je termine cet article.

Ce matin l’association de patients est fermée. Cela tombe plutôt bien. Je n’ai vraiment pas envie de m’éloigner de mon quartier.  

Je ne vais pas tarder à aller rejoindre ma tante, à deux minutes à pied. Je me sens toujours fragmenté. Au niveau des idées et du corps. Comme s’il y avait un schisme dans ma tête.

Je suis le dernier humain sur terre

Je me sens seul sur la terre. C’est une sensation assez étrange. Il y a comme un vide en moi. Ce matin pourtant, je suis revenu de la banque en bus. Je n’ai pas eu de crise d’angoisse. J’en étais assez fier. Je suis un peu autonome. Lorsque je ne m’éloigne pas trop de mon quartier.

Cet après-midi, je n’ai pas fait d’aller et retour chez mes parents. Ils n’étaient pas là. Je me suis contenté d’une ballade dans l’hypermarché pas loin de chez moi. Une fois rentré, le soleil était déjà presque couché. C’est en général le moment ou mes angoisses commencent.

Là il n’y a presque pas un bruit dans mon appartement. Je pourrais me croire le dernier humain sur la terre. Qu’est ce qui m’éloigne tant des autres ?

Pourquoi je n’arrive pas à combler le vide qu’il y a en moi.

La terre
La terre

Il y a des gens, mais je ne me sens pas faire parti de la même communauté. J’entends pourtant les rires, les discussions, lorsque je marche dans la rue.

Je me souviens la fois ou après des délires et un malaise vagal, je m’étais réveillé dans un lit, dans une chambre blanche. Je ne savais pas où j’étais, jusqu’au moment ou un infirmier m’a expliqué que j’étais dans une clinique psychiatrique.

C’était un arrêt net à mon insouciance et à mes délires. Je n’avais même pas 20 ans.

Depuis tout ce temps, c’est-à-dire 20 ans plus tard, Je suis resté comme anesthésié. Je n’ai pas réussi à rebondir. Même, je me suis ensablé davantage.

Mais là vraiment, la terre me parait bien vide.

Ou peut-être, suis-je dans une autre dimension, sur une autre planète ? Il est l’heure de fermer les volets. Mon ventre crie qu’il en a assez. Il faut que j’allume la TV, que je fasse quelque chose.

Mon ordinateur est KO

Je suis sur mon vieux canapé, les jambes croisées. Le tissu de ce dernier est déchiré. Je sens sur ma jambe, le ressort en métal. C’est désagréable.

J’ai mis un gros pull. Le thermomètre de mon séjour affiche 15 degrés. Je suis dans un petit appartement mal isolé.

En plus de cela, mon ordinateur me fait faux bond. Je suis en train d’écrire un texte, ou faire toute autre manipulation, et il redémarre tout seul. Toutes les 5 minutes. J’ai effectué plusieurs démarches auprès du fabriquant, mais c’est le matériel qui est affecté. Malheureusement pour moi, je ne suis plus sous garantie, et les réparations coûteraient plus chers que d’en racheter un. Il me faut donc un nouvel ordinateur, pour continuer à vous écrire.

J’ai créé une cagnotte leetchi, pour recevoir des fonds, voir lien.

En attendant, on m’a prêté un PC.

ordinateur KO
ordinateur KO

Ce matin, je suis retourné à l’association de patients, qui était fermée depuis 15 jours. Sortir et voir un peu de monde m’a fait du bien. Il y avait Fred, avec qui je m’entends bien. Nous avons discuté des fêtes toutes récentes. Noël en famille et nouvel tout seul, pour moi. Lui a passé la Saint-Sylvestre avec sa copine.

Puis j’ai repris le bus pour rentrer chez moi. Une fois un repas vite avalé, je suis parti voir mes parents.

En rentrant chez moi, j’ai senti comme une grande lassitude. La simple pensée qu’il me restait encore 6 ou 7 heures, avant d’aller me réfugier dans mon lit, m’a définitivement mis KO. Il y a un peine un an, je pouvais me coucher à 18 heures.

J’ai alors allumé la télévision. Pour mettre une chaîne musicale. C’est à peu près le seul type de programme que je supporte encore. Autrement, je me sens agressé par le petit écran. Et là, le ciel est tellement gris que je me sens comme englué.

L’association de patients

Il fait gris. J’écoute de la musique d’une oreille. Lundi, l’association de patients rouvre après 15 jours de fermeture. Je vais encore être anxieux, loin de mon quartier. Cependant, je me force à y aller tous les matins. Je ne sortirais presque plus sinon. J’y reste pourtant de moins en moins longtemps. Une heure grand maximum. Puis d’un pas rapide, je regagne l’arrêt de bus. Je scrute de loin l’arrivé de l’autocar.  

Une fois dans mon appartement, je pousse un grand ouf de soulagement, de courte durée.

L’association de patients
L’association de patients

Quand le soir arrive, après une après-midi de souffrance, viennent les angoisses. C’est comme si j’étais seul au monde. Je n’arrive pas à penser à quelqu’un pour me réconforter. Je me sens perdu dans l’univers, avec mes délires métaphysiques. La peur d’une vie après la mort, qui ne s’arrêterait jamais, et qui serait faite d’atroces souffrances. Une sorte d’enfer en somme.

C’est à force de ne voir personne, et de rester entres ses quatre murs, que l’on finit par avoir ce genre d’idées envahissantes.

C’est pour cela que je m’oblige aussi à aller à l’association de patients. Même si j’y suis anxieux, au moins je m’aère la tête.

On y discute de tout et de rien, des derniers matchs de foot, même si je n’aime pas trop ce sport.

Il y règne une atmosphère chaleureuse.

L’animatrice est là pour y veiller. On la paie pour cela, et pour mettre en place des activités…

Il y a également une intervenante théâtre.

Cette association de patients est une bouée, pour une cinquantaine de personne. Des adhérents souffrants de schizophrénie, de trouble bipolaire, de trouble borderline, de dépression…

Nous y organisons aussi de grands repas. Vraiment, il faut que j’y passe plus de temps. Mais cela fait maintenant dix ans que j’y vais. Une sorte de lassitude s’est mise en place.

Je me sens seul

Je ne me sens pas bien. Un voile noir est venu s’abattre sur moi. Noël s’est terminé rapidement. Mon frère et ma sœur sont repartis à plusieurs centaines de kilomètres. Je me sens seul. Terriblement seul. Mes angoisses sont revenues. Le moral est retombé. Je suis dans mon petit appartement, face à cette grande porte fenêtre, d’où aucune lumière ne perce.  Le soleil est couché.

Je me sens seul
Je me sens seul

Ce midi, je me suis bu une ou deux bières, pour me remonter le moral. Ce n’était pas une bonne idée, je me suis senti plus mal après. Je n’ai pas beaucoup l’habitude de l’alcool.

C’est le vide qui est le plus dur à supporter. Comme si, même la présence de mes parents, pas très loin, n’était d’aucun réconfort.

Il n’y a rien autours de moi. Il est juste bientôt l’heure d’avaler mes 4 comprimés du soir. Cela va peut-être me faire du bien.

Et puis il y en aura encore 2 à avaler, au moment du couché.

Une fois dans mon lit, je n’aime plus ce moment. Je voudrais m’endormir le plus rapidement possible, pour ne plus penser.

En attendant, il reste quelques heures. Je vais surement faire des allers-retours chez mes parents. Mais c’est une journée comme cela. Tout mon corps est pris de ce mal être.

Demain, pour le réveillon de la Saint Sylvestre, j’ai juste prévu un repas amélioré. Je n’ai invité personne.

L’association de patients ne rouvrira que dans 9 jours.

Mais là, je suis envahi de pensées négatives. C’est surtout le soir, lorsque seul les lumières artificielles, n’éclairent la chaussée luisante.

Demain matin, mon moral sera surement remonté. Je l’espère. J’ai un petit comprimé pour cela. Ce n’était pas ma journée. Je vais pouvoir retrouver mon canapé, et attendre que le sommeil vienne me rechercher, et même l’aider un peu, avec mes 2 comprimés.

Combien de temps avant la prochaine décompensation ?

Je n’arrive pas à tenir en place. Je marche dans la rue, sans trop savoir ou aller. Je rentre chez moi, puis je repars.

décompensation
décompensation

Je regarderais bien un film, mais je n’arrive pas à tenir plus de quelques minutes. Pareil pour un livre, après quelques lignes.

Je suis comme une pile l’électrique. Je me demande si je vais faire une décompensation.

Après un noël en famille, je pense déjà au nouvel an. J’aime me retrouver seul ce soir-là. Je ferme à double tour la porte de mon appartement. Je descends les volets…  Je m’achète un peu d’alcool. J’allume la télévision. C’est un peu triste ce soir-là, tout est en différé. Alors j’écoute plutôt de la musique.

En général, je n’attends pas les 12 coups de minuit pour aller me coucher. L’alcool ayant fait son œuvre bien avant.

Je pense à ma tante, qui est hospitalisée en psychiatrie.

Combien de temps fais-je tenir sans faire une rechute. Ma dernière hospitalisation remonte à mars 2016. J’avais fait une décompensation anxieuse.

D’après ma psychiatre, quand il y a quelques semaines, je lui ai tenu des propos délirants, que je ne rapporterais pas ici, il ne me restait que dix pour cent de lucidité. Ce n’est pas beaucoup.

En attendant, j’essaie temps bien que mal de donner le change avec les autres.

Je repense à mes 18 ans. Année qui a marqué mon entrée dans la maladie. Avec ma première décompensation.

C’était comme si je venais de mourir, et qu’une deuxième vie, faite de souffrances et d’angoisses, débutait.

Cela fait déjà 20 ans.

Je n’ai pas fait grand-chose pendant tout ce temps. J’ai plutôt subi les événements. Je connais pour les avoir testés, les différents hôpitaux ou cliniques psychiatriques de mon secteur. Avec parfois des règles stupides et humiliantes à respecter. Le manque d’intimité, et l’infantilisation….

Le bues du dimanche soir, lorsque l’on est schizophrène

La nuit est tombée depuis plusieurs heures. Le blues du dimanche soir a commencé. Mon cerveau s’est mis en mode déprime. Je me sens estourbi. Je ne suis plus du tout joyeux. Je n’ai qu’une seule envie, que cette souffrance passe. Il me faut une bonne nuit de sommeil.

Le bues du dimanche soir
Le bues du dimanche soir

Dans l’après-midi, j’ai eu un appel téléphonique de ma tante. Elle était dans le parc de l’hôpital psychiatrique de son secteur. Elle venait juste d’être admise, après avoir été prise en charge par les pompiers. Elle souffre aussi de schizophrénie. Malheureusement, elle a fait une rechute.

Elle avait l’air de prendre cette situation avec beaucoup de philosophie. Elle risque cependant de passer les fêtes de fin d’années, là.

Elle est trop loin pour que je vienne la voir.

Mon blues du dimanche soir est toujours présent. J’ai éteint la télévision, ne supportant plus les images et les sons. Mais sans distractions, le temps est long. Je vais prendre mes neuroleptiques à effets sédatifs. Cela va peut-être me faire du bien, et calmer mon cerveau en surchauffe.

Demain matin, l’association de patients sera ouverte pour un petit déjeuner de noël.

J’ai fermé tous les volets de mon appartement. Normalement, plus personne ne viendra me déranger. Je ne supporterais pas la présence d’une autre personne, dans mon logement.

Il faut que je tienne jusque 22 heures, avant de me mettre dans mon lit. Sinon, je ne m’endormirais pas.

Et encore, il faut que je sois dans de bonnes dispositions, psychologiquement. Les idées envahissantes devront me laisser tranquilles.

Je n’aime vraiment pas le blues du dimanche soir.

Vivement demain matin, que j’avale mon antidépresseur et que je retrouve du punch. Là, j’ai l’impression que ma tête est dans un étau, avec comme fond sonore, la télévision de mon voisin, qui marche trop fort, dans un immeuble mal isolé.