L’insomnie

Il est déjà 23 heures et je n’ai aucune envie de dormir. Je souffre parfois d’insomnie. Je pense bien que je vais passer une nuit blanche. C’est souvent très long.

insomnie
insomnie

Malgré cela, je ne vais pas trop mal @Bruno. J’ai juste vécu deux jours difficiles, il y a une semaine. En effet, j’ai voulu réduire ma consommation de lorazépam. J’en prends 6mg par jour depuis 20 ans. C’est beaucoup trop. Pendant deux jours donc, j’ai diminué de 0,5 mg ma prise de ce benzodiazépine. Les premières 24 heures, je pouvais vivre normalement. En revanche au bout de 48 heures, c’est vite devenu insupportable, un enfer.

J’avais des angoisses terribles, et le cerveau en ébullition… Je ne pouvais plus tenir. J’ai donc repris ma consommation habituelle, et mon bien être est revenu.

Même si cet échec m’a fait prendre conscience de ma grande dépendance à ce « médicament ».   

Depuis,

Comme en parlait @Bruno, je suis pas mal occupé par mon déménagement. Il y a tout un travail préparatoire dans le logement à faire avant de déplacer mes cartons, mais les choses avancent.

Là, il est minuit et je suis toujours en proie à une insomnie. La nuit risque d’être longue. Même s’il y a un côté excitant, de temps en temps, à vivre lorsque les gens dorment.

Je vais quand même aller me mettre dans mon lit, voir si le sommeil ne pointerait pas le bout de son nez. Je sens que mes yeux se ferment tout seuls.

Mais c’est peut-être une fatigue dû à l’écran d’ordinateur.

Allez, il faut que je dorme. Demain, j’ai l’intention de retourner à l’association de patients, après un certain manque d’assiduité. En même temps, je n’ai aucune obligation de présence, mais cela me fait du bien. Bon, je vous laisse. A demain si vous ne souffrez pas d’insomnie.

1 réflexion sur « L’insomnie »

  1. Bruno

    Content d’avoir de tes nouvelles, Paul !

    Les insomnies, je connais ça. Quelques nuits ça va mais quand ça se prolonge sur plusieurs semaines, c’est un vrai cauchemar.

    Les anxiolytiques, comme les somnifères benzo-like causent une grosse dépendance et, en plus, ne sont plus efficaces après une longue période. J’essaye, moi aussi, de m’en sevrer avec l’aide du médecin mais ce n’est pas facile : c’est une vraie drogue et quand tu diminues tu sens douloureusement les effets du sevrages. C’est un peu comme le tabac…

    Allez, bonne soirée.

    Porte-toi bien,
    Bruno

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.