Mon ciboulot est sous pression

Je ne me sens pas très bien depuis quelques heures. Mon ciboulot est écrasé. Mes sourcils tombent sur mes yeux. Je n’ai plus aucune motivation. Je suis fatigué. Comme si l’apesanteur était devenue plus intense. De plus, mes pensées sont perturbées. Il y a des courts circuits à l’intérieur. J’ai pourtant pris mon traitement correctement.

ciboulot
ciboulot

En même temps.

Je regarde mes mains en train de taper sur le clavier de mon ordinateur. Je ne peux que constater la progression des tâches blanches sur ma peau. C’est un vitiligo. Ce n’est pas contagieux. J’en ai aussi sur le visage. C’est assez perturbant.

Derrière moi, par la porte fenêtre ouverte de mon appartement, je peux entendre un chien aboyer. Cela me crispe.

Pour revenir à mon mal être.

Les chemins de pensées à l’intérieur de mon ciboulot ne sont pas très bien agencés. Il y a des routes qui ne mènent nulle part. Et d’autres qui conduisent à des collisions. Il faudrait que je remette un peu d’ordre là-dedans.

Sinon,

Hier soir, je me suis un peu saoulé. J’ai bu deux trois bières. Ce n’était pas une bonne idée. J’ai eu assez rapidement la tête qui tourne. Je me suis donc mis dans mon lit assez tôt.

Le lendemain matin, comme pour expier ma faute, j’ai couru un peu. En même temps, l’exercice physique élimine les toxines. Mon ciboulot en avait bien besoin.

Un peu perdu.

Je ne sais plus trop quel jour nous sommes. Les dimanches ressemblent aux mardis. Sans activité je n’ai plus de points de repères. Le vent souffle petit à petit mes capacités cognitives. Je m’en rends compte. Les Temesta, grignotent également petit à petit ma mémoire. Cela fait 20 ans que j’en prends trois fois par jour. Administré en hôpital psychiatrique, sous la contrainte, je n’ai pas eu le choix.

7 réflexions sur « Mon ciboulot est sous pression »

  1. Xavier

    Bonjour,

    J’aime beaucoup ton blog.
    Je trouve que tu ne parles pas trop de tes motivations et envies.
    Même si je conçois que beaucoup de celles-cis doivent te sembler très ardues à réaliser.

    Xavier.

    Répondre
    1. Paul Auteur de l’article

      Bonjour Xavier,

      Oui c’est vrai, je ne parle pas beaucoup de mes motivations et envies. En effet, travailler et ne plus être sous le seuil de pauvreté, fonder une famille sont des rêves… Malheureusement assez compliqués à réaliser.

      Paul,

      Répondre
  2. valerie

    Bonjour Paul. Moi aussi j’ai dû prendre des médicaments sous contrainte mais j’ai reussi mon sevrage de certains produits.C’est très dur de se sevrer, ça prend des mois mais au final, j’ai les idées plus claires et je commence à réussir à me passer de neuroleptique aussi. Il y a des solutions parce que du temesta trois fois par jour pendant 20 ans, bonjour les dégâts.

    Répondre
    1. Xavier

      Bonjour Valérie,

      Je crois qu il faut être très prudent quant aux médicaments. Peut être pour certaines personnes qui n ont fait qu une seule BDA et qui évolue favorablement après 2 ans on peut se passer de médicament. Mais pour les personnes qui vivent “continuellement” les symptômes comme d entendre des voix etc, dans ce cas je crois que les médicaments sont une aide très appréciable pour la vie de tous les jours. Bien sûr il faut aussi voir avec son psychiatre pour limiter les éventuels effets secondaires.

      Pour Paul moi aussi j’ ai déjà eu ce genre d impression, comme s il y avait du poison dans mon cerveau… C est très bizarre!

      Pour me présenter succinctement j ai fais ma première BDA il y a 1 an et je me remet progressivement même si maintennant je suis plus gene par l envie de ne rien faire (symptômes négatifs).

      Est ce que tu as des activitées intellectuelles? (Apprendre une langue, jouer aux échecs,..)
      Je m intéresse beaucoup a la théorie de la remédiation cognitive en ce moment.

      Ton blog est remarquablement écrit!

      Répondre
      1. Paul Auteur de l’article

        Bonjour Xavier,

        Tu as un traitement suite à ta BDA?
        J’en ai fait deux. C’est après la seconde, seulement, que l’on m’a prescrit des neuroleptiques…

        Sinon, un moment je m’étais intéressé à la programmation informatique. J’avais pris des cours gratuits sur internet. C’était très intéressant.

        Paul,

        Répondre
  3. Xavier

    Bonjour Paul,

    On m a prescrit Abilify 15mg pour les 2 années qui suivent ma BDA. J ai passe aussi 4 mois à l hopital avant d être suffisamment remis pour pouvoir sortir. J ai suivie une psychothérapie 3 jours sur 7 à l hopital pdt 2 mois. Puis pendant 4 mois une psychothérapie 1 fois par semaine. J ai eu la phobie des transports jusqu’ a il y a peu. Maintennant je vois une psy 1 fois par mois pour renouveller les medicaments. C est aussi l occasion de discuter. Ca fait 4 mois que je n est plus de voix. Par contre, j ai encore des impressions de temps en temps. (Que les gens parlent de moi…).

    Voilà. Voilà. Bon weekend!

    Xavier

    Répondre
    1. Paul Auteur de l’article

      Je suis étonné en bien. Tu as eu un super suivi!!!
      Suite à ma première BDA, je suis resté 3 jours à l’hôpital. Puis retour dans ma famille. L’on ne m’a donné aucun traitement ni proposer aucune psychothérapie.

      Bon weekend,

      Paul,

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.