Schizophrénie et relation amoureuse

Je suis dans mon canapé et je suis angoissé. J’ai du réduire ma dose de neuroleptique, c’était intenable. Les effets secondaires, une tension dans tout le corps m’en ont contraint. Aujourd’hui je peux écouter de la musique et me détendre un peu mais tout m’effraie.

Entre les deux, je préfère quand même la peur. Une peur diffuse qui coule tout doucement dans les veines. Je suis seul chez moi. Le monde autour n’existe plus vraiment. Je vais fermer les volets. J’ai envie de parler à quelqu’un, de me rassurer avec la voix d’un ami mais les amis se lassent vites.

Alors pourquoi ne pas écrire ?

C’est un peu comme jeter une bouteille à la mer. On ne sait pas qui va la lire. Je suis sur une île déserte mais même avec toute la volonté du monde vous ne pourriez pas faire grand-chose pour moi.

Je suis là à coté de vous. Je pourrais tenir votre main mais l’univers dans lequel je suis est tellement loin du votre.

Je suis comme vous, un être humain qui cherche une lumière dans cette nuit sans étoiles. De temps en temps les phares d’une voiture passent à travers ma fenêtre. Surement un père ou une mère de famille qui rentrent retrouver les leurs.

 

1 réflexion sur « Schizophrénie et relation amoureuse »

  1. Moon

    J’espère que vous allez mieux depuis ce dernier message? J’ai du mal à créer ou garder des relations avec les autres, malgré l’envie de le faire et le besoin. Nous pouvons discuter à l’occasion
    Moon

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.