Alcoolisme et psychose

Petite victoire ce matin. J’ai pris le bus pour aller en centre-ville sans avoir d’angoisse. C’est un trajet de 15 minutes, mais quand même, cela faisait au moins 1 ans que je n’avais pas pris cette ligne. Je me suis installé derrière le conducteur, face à une cloison pour ne pas avoir à croiser le regard des autres passagers. C’est un détail mais ça me rend mal à l’aise. Je baisse la tête, je la tourne, je regarde ailleurs… Bref, j’évite de fixer le gens droit dans les yeux.

Alcoolisme et psychose
Alcoolisme et psychose

A l’association il y avait une petite dizaine d’adhérents. A 10 heures, Fred était déjà alcoolisé. Il avait bu quelques bières et avait entrainé Thomas dans son vice. Tous deux étaient arrivés en sifflotant. Fred boit en moyenne 30 bières par jour. Son médecin l’exhorte d’arrêter. Son espérance de vie étant fortement limitée. Mais il n’a pas l’air de prendre les mises en gardes au sérieux. Il en rie même.

C’est pour cela que j’évite de trainer avec lui.

Vers 11 heures je suis rentré chez moi, toujours en bus et installé derrière le conducteur. La place était heureusement libre.

Le reste de la journée s’annonce longue. Le soleil à travers ma porte fenêtre me chauffe le dos. C’est agréable.

Je vais peut-être prendre le temps d’aller chez le coiffeur. Il faut que j’affronte mes angoisses. En effet, j’ai des crises de panique lorsque je suis bloqué sur un fauteuil, face à une glace, pendant de longues minutes. Le seul bon moment est quand la coiffeuse me lave les cheveux, en frictionnant mon cuir chevelu.

On verra bien si j’ai le courage après le déjeuner. Hier j’ai acheté de quoi cuisiner un peu. C’est toujours meilleur que les pizzas surgelées que j’achète par facilité. Et puis cela fait passer le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.