Vivre en autonomie lorsque l’on est schizophrène

Autonomie

Autonomie

Vivre en autonomie lorsque l’on est schizophrène. Mes parents me soutiennent. Je les vois quasiment tous les jours bien que n’habitant pas chez eux. Comme un phare dans la nuit j’aimerai m’éloigner de la côte pour vivre de manière autonome. J’aimerai ne plus me sentir mal lorsqu’ils sont en vacances. La lancinante douleur de leur absence est trop insupportable pour que je continue. Le samedi matin comme souvent je vais les voir. Aujourd’hui j’ai décidé de passer la matinée chez moi. J’ai décidé de trouver une occupation pour mes dix doigts et mon cerveau.

Aujourd’hui aussi, malgré ma bonne volonté, vers 4 heures du matin je me suis réveillé brutalement. Des idées toutes plus angoissantes les unes que les autres ont envahi mon cerveau jusqu’à me faire vomir. Mes parents doivent faire un long voyage de plusieurs semaines dans quelques mois et je vais me retrouver seul. C’est cette simple cause qui me fait autant souffrir et qui me fait faire de violents cauchemars, me réveille dans la nuit me procure des douleurs insupportables. Je n’ai pas encore trouvé de solutions malgré mes efforts. Je tremble souvent  tout entier jusqu’à ce que le soleil ne se lève.

Vendredi je suis allé à l’association de patients. J’ai réussi à prendre le bus sans angoisses. C’est une petite victoire sur moi-même. C’est un peu d’autonomie dans ce monde de brut. Il y avait les patients habituels et ce break m’a fait du bien. Je me sens à l’aise dans le local de cette association. C’est l’un des seuls lieux en ville dans lequel je suis aussi serein.

Je prie tous les jours pour savoir vivre en complète autonomie. Je sais que la route sera longue et je n’y arriverai peut être pas. Je fais le maximum. J’ai vraiment l’impression d’être handicapé et  je préférerai être en fauteuil roulant que schizophrène.

2 réflexions sur « Vivre en autonomie lorsque l’on est schizophrène »

  1. Valérie

    En plus d’avoir des angoisses terribles et d’être schizophrène, il semble que te détacher de tes parents soit une vraie souffrance. Je me demande si tu n’as pas un problème de dépendance affective. Il serait bien que tu lises des livres sur ce sujet, cela pourrait t’aider à te sentir plus autonome et à moins souffrir de la séparation. Bon courage.

    Répondre
    1. Paul Auteur de l’article

      Bonjour Valérie,

      Pour la dépendance affective, je me suis déjà posé la question. Je vais me renseigner. Merci pour ton commentaire.

      Paul

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.