Les bons moments

Les bons moments

Les bons moments

Comme Pixel me l’a fait remarquer, Je ne parle que des moments difficiles. Je vis aussi de bons moments et je travaille activement pour en avoir de plus en plus. Aujourd’hui le soleil brille et la température est très agréable. Il y a un petit air d’été et de vacances. Ce matin, j’étais heureux. Je ne me posais pas  trop de questions. Je me suis contenté de marcher un peu, d’un pas léger, de faire quelques courses, de voir ma famille. J’adore passer du temps avec mon père. Ça n’a pas toujours était le cas, et j’essaie de rattraper le temps perdu, même si l’on ne peut pas vraiment, en réalité.

Le matin, c’est le moment de la journée que je préfère. Les idées envahissantes et les angoisses, ne se sont pas encore trop entassées dans ma tête. Je vais alors souvent dans une association de patients, discuter rire parfois…

Lorsque l’on souffre de schizophrénie, les bons moments sont possibles. Il n’y a pas de fatalité. Je passe des heures entières dans mon canapé à vapoter. J’ai tellement peur de m’éloigner de mon domicile. Mais je peux rire, devant un bon programme TV.

Lorsque l’on souffre de schizophrénie, l’on peut aussi travailler et avoir une famille. Pixel, un jour peut-être, tu connaîtras cette joie. En tout cas, je te le souhaite.

La vie est belle, même avec cette pathologie. Il faut se dire que l’on existe, que l’on est encore vivant.

Et puis il faut compter sur les autres, sur leurs conseils.

J’ai dans ma ville quelques amis souffrant de schizophrénie, qui ont une vie sociale riche. De mon côté, je fais un peu de bénévolat dans une association. C’est très gratifiant. Justement, dans un mois, je dois faire un discours. Cela me procure une saine excitation, même si j’avoue que pour l’instant, je n’en mène pas large.

2 réflexions au sujet de « Les bons moments »

  1. corinne

    Je suis heureuse de vous voir profiter de la vie malgré la maladie.

    Et je ne connais évidemment pas vos parents mais je suis sure qu’ils vous aiment et seront toujours là pour vous quoiqu’il arrive.

    Bonne journée

    Répondre
    1. Babel

      Il a une famille compréhensive, semble t’il, heureusement pour lui.
      Ce n’est pas le cas de beaucoup ! Généralement c’ est l’exclusion, l’isolement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.