Mon ventre me fait souffrir

Ventre

Ventre

Hier midi, en rentrant dans mon appartement, une sensation désagréable, dans le ventre, a commencé à se manifester. Une boule s’est installée petit à petit. D’abord raisonnablement, puis devenant de plus en plus fort, cette boule est devenue insupportable. Cette torture a duré plus de deux heures. Je ne savais plus quoi faire, quel médicament avaler, s’il y en avait un… Rien n’y faisait.

Heureusement, un ami m’a demandé par texto s’il pouvait passer. Cela me permettrait sans doute de me changer les idées. C’est ce qui se passa. Au bout d’une heure de discussion, sur tout et rien, ma boule au ventre avait presque disparu.

Le soir venu, j’étais plutôt en forme, même si cela est toujours relatif. Malheureusement, une fois dans mon lit, toujours de bonne heure, les idées angoissantes tournoyaient dans mon cerveau. Il fallait que je m’endorme, ça devenait un impératif, pour ne plus souffrir, au moins jusqu’au lendemain matin.

Au réveil, en sueur, comme toutes les nuits après un cauchemar récurant, je me suis installé dans mon canapé pour écouter la radio. Le matin, il me faut toujours une bonne heure, pour que je sorte de mon mal être. Le temps que les médicaments fassent effets et que l’étau que j’ai dans la tête se dessert.

Cet après-midi, suite à une courte pluie, le soleil est revenu et chauffe ma vieille carcasse, à travers les vitres de mon appartement. Les secondes s’écoulent sans que je ne fasse grand-chose. Je me sens comme si un courant de moyenne intensité, traversait mon corps de bas en haut, de manière très désagréable.

Ce matin, à l’association de patient, j’ai appris qu’un adhérent que je connais, avait été hospitalisé en psychiatrie à la demande d’un tiers. Il veut sortir mais pour cela il doit passer devant un juge. Triste réalité lorsque l’on est schizophrène. Il n’avait mis la vie de personne en péril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *