Crise aigüe sur un chantier de fouilles archéologiques

Fouilles archéologiques

Fouilles archéologiques

J’avais déjà fait une crise et subit une hospitalisation en milieu psychiatrique, mais 2 ans plus tard à, l’âge de 20 ans, mon état psychique s’est de nouveau fortement dégradé. A cette époque-là, je vivais chez mes parents. Ces derniers voulaient absolument que je fasse quelque chose de mes journées. J’avais arrêté mes études et mes parents s’inquiétaient de me voir ne rien faire de mes dix doigts.

Je me suis donc inscrit en tant que bénévole, sur un chantier de fouilles archéologiques. C’est à cette époque que je commençais à être fortement angoissé, lorsque je m’éloignais du domicile de mes parents. Heureusement le chantier de fouilles archéologiques n’était pas loin. Je pouvais y aller à pied, seul. C’était un grand morceau de terre, à nu, bordé d’un côté par un champ et de l’autre par des maisons. Il y avait tout autour, un  ruban et des piqués qui délimitaient la zone de fouille.

Dès les premiers jours, je peux dire que je n’étais pas en forme. Les délires mystiques envahissaient mes pensées. Les autres archéologues devaient me trouver étranges, de plus en plus en tout cas, au fur et à mesure que les jours avançaient. Nous passions nos journées à faire des trous dans la terre, avec des truelles. Plusieurs fois je me suis senti tellement mal, qu’avant l’heure, je suis rentré chez mes parents.

Le chantier de fouilles archéologiques était devenu un endroit de torture, mais je ne sais pourquoi, je continuais d’y aller. C’est peut-être à cause de mes délirent, car lorsque je voyais le calvaire, avec jésus sur sa croix, juste à côté du chantier, je me disais que c’était à mon tour de souffrir. Que j’étais comme lui.

Plus les jours avançaient et plus j’étais délirant. Jusqu’au moment où la souffrance étant trop forte, je me suis mis à marcher vers le responsable du chantier de fouilles archéologiques, je suis tombé… Lorsque je me suis relevé comme pris au piège, ne sachant plus ou aller, je me suis mis à hurler pendant de longues minutes. J’allais vers les uns et les autres, qui se sauvaient en me voyant arriver, tel un démon.  Ayant effrayé tout le monde, sous la menace d’appeler la police, je suis rentré chez moi en courant, pour ne plus jamais retourner sur ce chantier.

Les pompiers sont venus me chercher

Pompiers

Pompiers

J’ai la tête dans un étau et mon corps est tendu. C’est très désagréable comme sensation. J’ai peur d’exploser. De perdre le contrôle de moi… Avant d’avoir un traitement, cela m’est déjà arrivé de faire une crise de schizophrénie aigue, et de me mettre à hurler dans la rue. Il faisait nuit noire. Bien sûr, les pompiers étaient arrivés. L’un d’entre eux, le plus gradé surement, avait commencé à me parler. J’étais tellement délirant que je l’avais pris pour le Christ. Ils m’avaient emmené de force dans leur camion, dans une sorte de camisole chauffante. Je ne pouvais plus bouger mais je me sentais bien.

Aux urgences, je commençais à me sentir très mal et j’ai eu droit à une piqûre massive de Tercian dans la fesse. Tout mon monde était en train de s’effondrer, tous mes délires étaient confrontés à la dure réalité. La conscience que quelque part, mes hallucinations n’étaient pas réelles.

Les pompiers avaient laissé place aux médecins, et après cette piqûre dans les fesses, c’est un  ambulancier qui m’emmenait je ne sais où. Il était assez corpulent, bien plus que moi, au cas surement ou j’aurais eu des envies de m’enfuir. J’étais à l’arrière de l’ambulance, libre de mes mouvements, au moins dans la voiture…

L’ambulancier me demandait régulièrement si je me sentais bien. Au bout de quelques minutes, une sensation de souffrance intense s’est manifestée.

Nous avons alors fait une halte dans un lieu médicalisé. Il n’y avait pas de pompiers ni de médecins. Juste une infirmière un peu paumée, qui devant ma souffrance intense, m’a tendu un gobelet en plastique. Je n’ai pas eu le temps d’avaler ce qu’il y avait dedans, la souffrance était tellement forte, que je suis tombé dans les pommes.

Le surlendemain, je me suis alors réveillé dans un lit. J’étais en caleçon. Je me suis levé, il faisait jour. Les murs étaient peints en blancs. Je me suis aventuré dans le couloir. Un homme en blouse blanche m’a adressé la parole. Je ne me souviens plus ce qu’il m’a dit mais c’est là que j’ai compris. J’étais dans un hôpital psychiatrique.

Je tremble d’angoisse

Tremble

Tremble

Je me réveille de bonne heure. Il fait encore nuit dehors. Je tremble d’angoisse dans mon lit. Vite il faut que je me  lève et que je mette en marche la machine.  Une demi-heure plus tard, je tremble un peu moins. Les angoisses sont toujours là mais moins fortes. Des idées absurdes me passent par la tête. Je me demande ce que pensent les gens, en général, quand ils laissent vagabonder leur cerveau. En tout cas, les gens en bonne santé ont l’air calme, lorsqu’ils ne parlent pas. Moi, ce sont des scénarios catastrophes qui envahissent ma tête.

Dans le bus par exemple, je tremble intérieurement. Avec les autres voyageurs, nos regards se croisent parfois, pas trop longtemps. Je n’aime pas fixer les gens. A quoi pensent tous ces gens lorsqu’ils regardent le paysage défiler. A ce qu’ils vont manger le midi ? Ils se régalent peut être d’avance. Moi, je me demande si je serais encore hospitalisé en hôpital psychiatrique…

Depuis mardi, l’association de patients est fermée. Cela joue sur mon moral. Je ne vois que mes parents, le midi. Le reste du temps, je suis dans mon canapé. Parfois je ressens une douleur sur les hanches, à force de rester allongé des heures dans la même position.

Il est bientôt midi. Je peux sentir la voisine, qui fait cuire ce qui me semble être un bon morceau de viande.

Je dois sortir, pour aller chez mes parents, à deux minutes à pied… Je n’ai plus trop le moral. Je suis comme vide. Je regarde par la fenêtre. Tout est calme… Pas  de voisin à dire bonjour. Allez go, je prends mon courage à deux mains et je me lance. De toute façon je serai de retour dans peu de temps. Dehors une fine pluie me saisit, je tremble de froid.

Mon ventre me fait souffrir

Ventre

Ventre

Hier midi, en rentrant dans mon appartement, une sensation désagréable, dans le ventre, a commencé à se manifester. Une boule s’est installée petit à petit. D’abord raisonnablement, puis devenant de plus en plus fort, cette boule est devenue insupportable. Cette torture a duré plus de deux heures. Je ne savais plus quoi faire, quel médicament avaler, s’il y en avait un… Rien n’y faisait.

Heureusement, un ami m’a demandé par texto s’il pouvait passer. Cela me permettrait sans doute de me changer les idées. C’est ce qui se passa. Au bout d’une heure de discussion, sur tout et rien, ma boule au ventre avait presque disparu.

Le soir venu, j’étais plutôt en forme, même si cela est toujours relatif. Malheureusement, une fois dans mon lit, toujours de bonne heure, les idées angoissantes tournoyaient dans mon cerveau. Il fallait que je m’endorme, ça devenait un impératif, pour ne plus souffrir, au moins jusqu’au lendemain matin.

Au réveil, en sueur, comme toutes les nuits après un cauchemar récurant, je me suis installé dans mon canapé pour écouter la radio. Le matin, il me faut toujours une bonne heure, pour que je sorte de mon mal être. Le temps que les médicaments fassent effets et que l’étau que j’ai dans la tête se dessert.

Cet après-midi, suite à une courte pluie, le soleil est revenu et chauffe ma vieille carcasse, à travers les vitres de mon appartement. Les secondes s’écoulent sans que je ne fasse grand-chose. Je me sens comme si un courant de moyenne intensité, traversait mon corps de bas en haut, de manière très désagréable.

Ce matin, à l’association de patient, j’ai appris qu’un adhérent que je connais, avait été hospitalisé en psychiatrie à la demande d’un tiers. Il veut sortir mais pour cela il doit passer devant un juge. Triste réalité lorsque l’on est schizophrène. Il n’avait mis la vie de personne en péril.

Antidépresseur et brouillard

brouillard

Brouillard

Mon immeuble est pris dans un grand manteau blanc. Par la fenêtre, je ne vois pas à trente mètres. Le brouillard est intense. Je ne me sens pas trop mal cet après-midi. J’aime cette ambiance cocooning. Dehors, il n’y a que le chant de quelques oiseaux qui résonne. Je suis à l’intérieur, bien au chaud, ou presque. Pour faire des économies, je ne mets pas de chauffage.

Un ami voulait passer cet après-midi, mais je lui ai dit que je n’étais pas en forme. C’est vrai que tout à l’heure je n’étais pas en forme. Et puis cet ami est très bavard, et moi, au bout d’une heure de discussion, j’ai l’esprit qui se vide. J’ai voulu éviter d’écouter un long monologue épuisant.

Devant mon écran d’ordinateur, à taper sur un clavier, je me sens bien. Le brouillard est toujours là. J’ai l’impression qu’il me protège, des autres, de leur regard, de leur avis…

Cela fait plus d’un mois maintenant, que je prends un antidépresseur. Au début, j’ai dû baisser un peu la dose, car il me donnait des angoisses. Maintenant, je suis habitué à ce doux brouillard dans ma tête. Je ne suis pas en extase toute la journée mais  juste parfois un peu plus heureux.

Bien sûr, tout est loin d’être parfait. Il reste toutes mes angoisses. Alors je vais essayer de les mettre de côté aujourd’hui, et le plus longtemps possible.

Le soir, en ce moment, quand le soleil se couche, vers 18 heures, j’aime fermer les volets de mon appartement. Je m’installe alors dans mon lit. Et j’espère pour ce soir comme hier soir, qu’une douce sensation de plénitude viendra m’envahir.

Pour demain, je me suis fixé un autre objectif. Reprendre le bus pour aller à l’association de patients, le matin. Pour l’instant, je m’y fais conduire et je rentre en autocar.

Boule au ventre et anxiété

boule au ventre

boule au ventre

La boule est là dans le ventre, tous les midis en rentrant chez moi. Je serais prêt à avaler d’importe quelle pilule pour que cette souffrance passe son chemin. C’est insupportable.

J’étais dans une association de patients ce matin. Je m’y sentais bien. Il y régnait une atmosphère chaleureuse, dans une odeur de café fraichement passé. J’y ai passé ma matinée, à discuter avec les uns et les autres. Il y avait Fred, toujours habillé de manière excentrique, long manteau en fausse fourrure, chapeau de cow-boy, boucles d’oreilles de femme… Il est un peu perdu Fred, parfois, mais pas bête pour deux sous.

C’est en montant dans le bus pour rentrer chez moi, que la boule dans le ventre a commencé à se manifester. Tout doucement d’abord puis de manière plus intense. Une fois dans mon canapé, la douleur avait aussi atteint le cerveau. Dans ces moments-là, j’ai envie d’en finir.

Heureusement, j’ai pu aller déjeuner chez mes parents. L’angoisse dans le ventre et la tête était toujours là, mais j’étais réconforté par la présence de mon père et de ma mère.

Ce n’est quand rentrant chez moi, qu’un semblant de sérénité s’est installé. Ne croyez pas que c’était l’extase, mais juste supportable.

Je me suis alors installé devant mon ordinateur. Par la fenêtre, un brouillard opaque cachait le ciel et le bout de la rue… J’aime l’hiver, je suis dans mon appartement comme dans un cocon. Surtout quand je ferme les volets.

En ce moment, n’en pouvant plus, vers 18h00, je me mets dans mon lit, sous mes deux couettes. Sachez qu’il fait 11 degrés dans cette pièce.

Le matin, vers 5h00, je me lève angoissé. Il me faut deux bonnes heures pour calmer mon anxiété. Je vomis presque et je ne peux rien avaler de solide tout de suite.

Un kyste sur le torse

Un kyste

Un kyste

Depuis dix jours, je n’étais vraiment pas en forme. Une petite opération aux urgences, pour enlever un kyste bénin sur le torse, était venue perturber mon quotidien. Un changement de pansement, par une infirmière, tous les deux jours, me rendait nerveux. Et puis je ne sais pas pourquoi, aujourd’hui, je me sens mieux, malgré les soins qui doivent encore continuer. Je regarde par la fenêtre et je vois un soleil radieux.

Ce midi, j’ai discuté avec mon père. Je n’étais pas tétanisé par les angoisses. J’avais des anecdotes à raconter. Cela faisait plusieurs jours que ça n’avait pas été le cas. Pendant le repas, toujours chez mes parents, j’étais à l’aise. Je ne sais pas combien de temps ce petit bien être va durer, mais je n’en pouvais plus. Mon cerveau était comme dans un étau, avec toutes les minutes un tour de vis supplémentaire. Vers 18 heures après une des heures passées devant la télévision, n’en pouvant plus, j’allais me coucher.

Le réveil était tout aussi horrible vers 4 heures du matin. Tout cela pour un kyste. Je ne comprends plus mon cerveau. Comment des petits évènements comme cela, peuvent me mettre KO à ce point.

Le matin, je m’installais devant la télévision ou la radio, avec le cerveau qui vibrait littéralement, pendant une bonne heure.

Aujourd’hui, ne sachant pas pourquoi, je suis d’avantage serein. Je suis capable de m’installer devant un clavier et écrire. Chose dont j’étais incapable, hier encore.

Tout cela pour un kyste, c’est déroutant. C’est là que je me rends compte que je suis vraiment fragile.

Du coup, j’ai des papiers en retard que je vais pouvoir envoyer. Je ne pouvais même plus faire cela.

Une petite marche, jusqu’à la boite aux lettres, va me faire bien. Il n’est que 15 heures mais déjà, le soleil est bas. Comme si il me disait de me dépêcher.

Mon cerveau, le pauvre

cerveau

cerveau

Je viens de marcher un bon quart d’heure. Sortir un peu de chez moi m’a fait du bien. Je n’en peux plus de ces journées devant la télévision… C’est comme une mort lente. Regarder des gens vivre à travers un carré, contre un mur, c’est déprimant. Et puis donner du temps de cerveau disponible, pour se mettre dans la tête toutes ces voitures que je ne peux pas acheter, c’est se faire du mal pour rien.

Il y a quelques jours j’étais au plus mal. Dans mon lit un soir, à rager d’être dans un corps que je ne pouvais éteindre. Je voulais disparaître de définitivement. J’ai cherché plusieurs façons d’en finir. Eteindre ce cerveau, sortir mon âme de ce corps malade, ou dormir pour l’éternité. Je voudrais pouvoir le moment venu, faire cela en toute l’égalité. Avec ma famille autour, partir dans la douceur et sans souffrance. C’est une liberté de base. Que chacun puisse décider de son sort. Nous sommes propriétaire de notre corps, de notre vie. On peut vous laisser croire que non, que c’est l’éternel qui doit décider. J’ai prié à une époque, et mes souffrances n’ont été que plus grandes. Quiconque n’a jamais souffert vraiment, ne peut pas se faire une opinion et décider pour nous.

Aujourd’hui, malgré cette marche, je suis fatigué. La nuit est arrivée entre temps, et mon état d’esprit s’est assombri. Mon cerveau est comme englué dans une pensée désagréable, qui ne me quitte plus. Comme si on venait de m’annoncer une mauvaise nouvelle. Mes poils se hérissent. Je ne sais plus quoi faire pour que la lumière se rallume à nouveau, pour chasser toute cette souffrance. Je rêve d’avoir l’esprit tranquille. De n’avoir jamais été marqué au fer rouge, par des douleurs qui m’ont fait m’évanouir.

Je vais fermer les volets de mon appartement.

Mon esprit va mieux lorsque je vous écris

esprit

esprit

La pluie arrose copieusement le bitume de la route. Je le vois depuis la porte fenêtre de mon appartement. Les voitures éclaboussent les bas-côtés. Il ne fait pas un temps à mettre un piéton dehors.

Je suis calfeutré chez moi à côté d’un des deux seuls radiateurs de mon appartement. Il fait 17 degrés à l’intérieur. J’ai dû mettre un pull épais. Un sentiment de malaise profond m’a envahi depuis que je suis rentré chez moi, ce midi. A peine mon repas avalé, une boule au ventre s’est manifestée, de manière insupportable. Plusieurs fois je me suis mis devant mon ordinateur pour vous écrire, mais je ne pouvais pas, c’était trop dur. Toute démarche demandant un peu de concentration était impossible. Au bout de deux heures de souffrance, j’ai quand même réussi à quitter mon poste de télévision, pour vous écrire. C’est toujours un soulagement quand j’arrive à aligner quelques phrases…

Quand j’écris, mon esprit est occupé et je ne pense moins à mes angoisses. Ou du moins, je rationalise tout cela. En ce moment, c’est la peur de finir dans la rue qui me perturbe, quand le soir, dans mon lit, juste avant de m’endormir, je laisse vagabonder mon esprit.

A l’écrit, je pense m’exprimer correctement, vous me direz ? Parce qu’à l’oral, souvent je perds mes mots, ou je les intervertis… C’est une vraie souffrance quand je dois parler à quelqu’un.

Aujourd’hui, mes parents sont chez ma sœur, qui habite à 2 heures de voiture. Cela fait des années que je ne me suis pas éloigné autant de mon appartement. Je suis angoissé lorsque je m’éloigne trop de mon domicile.

Tout cela fini par jouer sur mon moral. Je n’ai plus la force de me battre. Il y a quelques jours, ma psychiatre m’a prescrit des antidépresseurs. Je n’ai pris qu’un comprimé que je n’ai pas bien toléré. J’ai eu de gros moments de fatigue et de grosses angoisses. Décidément je n’ai pas de chance.

L’énergie me manque telle ?

énergie

énergie

Le soleil irradie le ciel de ses rayons. Je passe par différentes phases de souffrance extrême. Le matin, de bonne heure, je m’installe dans mon canapé. N’ayant plus l’énergie de me lever, je reste devant la télévision. Plus tard dans l’après-midi, je peux être tétanisé par la souffrance. J’ai constamment une boule au ventre, le cerveau dans un étau, et le corps tout entier qui vibre, qui frissonne d’une horrible sensation.

J’avoue un peu honteusement, que la vaisselle s’amoncelle dans mon évier. Je n’ai plus l’énergie de la faire. Je ne me suis jamais senti aussi seul que maintenant. Je devrais surement faire quelque chose de mes journées, mais je suis comme aimanté dans mon appartement. Toute sortie, me provoque des angoisses. Je n’ai plus l’énergie de me battre.  Depuis tant d’années j’affronte, je souris en serrant les dents. Mais là, c’est vraiment dur.

Pourtant, je suis encore là, vivant. Un être humain qui voyant le monde tourner autour de lui, se demande pourquoi ? Pourquoi tout cela ? Je suis juste un homme dont le cerveau dysfonctionne, dans un univers fait de d’étoiles magnifiques, de splendides galaxies… Tout me parait tellement déformé par la souffrance.

Ce soir j’irai manger chez mes parents, comme tous les soirs depuis quelques semaines. Ca va me faire un peu de bien. Demain, l’association de patients ouvre de nouveau après une semaine de fermeture. J’ai besoin de voir un peu de monde. J’espère que j’aurais l’énergie de m’y rendre.

Vendredi, je vois ma psychiatre. J’espère qu’elle saura trouver les bonnes molécules, pour combler le puits sans fond dans lequel je suis en train de descendre, doucement mais surement.

L’heure tourne, tic tac toc. Le soleil est maintenant couché. Les lampadaires se sont allumés et éclairent d’une lumière blanchâtre la rue. Je vais pouvoir fermer les volets.